Passer au contenu principal

Essayer d’interrompre le cycle incessant de mises à jour, de rapports d’activités et de nouvelles machines. Tenter de trouver un moment pour se reposer ; arriver à une impasse.
Lever les yeux, voir le ciel, et laisser son regard s’attarder sur un nuage qui passe, puis un vide, bleu.
Puis voir un autre nuage, blanc, vaporeux, et s’y accrocher.
En sommes-nous là ?

La posture Slow Tech empruntée par Ada X a été développée en 2018 réponse à un trop-plein. À une sursollicitation et une hyperconsommation insoutenables en pleine urgence climatique. Comment était-il possible de justifier cette quête effrénée et incessante vers une technologie toujours plus performante et rapide? Un dispositif si séduisant? Efficace? Et omniscient? Comment pouvions-nous concilier notre adhésion à la gratification rapide et aux services salvateurs mais invasifs émanant de la culture numérique et une prise de recul essentielle? Était-il possible d’assumer un certain attrait mais de porter un regard critique face à ses potentielles dérives?

Nous avons tenté de nous échapper d’une notion du temps matérielle en mettant, pour un cycle de trois ans, nos ressources au service d’artistes abordant des notions liées à l’environnement, aux temporalités alternatives et aux interactions.

Puis un virus s’est répandu.
Et nous a englué.
Techno-lenteur expérimentale généralisée.

En 2020, dans un retour forcé à ses premiers déploiements, un festival HTMlles dont la thématique s’est imposée d’elle-même sera diffusé en ligne. Le brouillard que nous traversons actuellement ne nous a permis que d’envisager des propositions qui se déverseront sur vos écrans, par intermittence pendant près d’un mois, comme autant de matières avec lesquelles s’imbiber. Un premier passage de contenus nuagiques sera donc disséminé du 6 novembre au 2 décembre.

Puis, dès qu’une accalmie sera envisageable — à la fin du printemps 2021 souhaitons-le —, une deuxième série d’événements vous sera proposée. Celle-ci sera IRL🤞🏽. Ainsi se dessinent, à ce jour, les contours d’une programmation HTMlles élaborée dans une atmosphère pour le moins perturbée.

Puisque dans le contexte actuel, toute prévision à moyen ou long terme nous apparaît impossible et que notre perspective du futur nous semble particulièrement floue, nous ne pouvions que vous proposer d’aborder ce mois de novembre dans la lenteur de l’errance. Alors flânons dans le brouillard et envisageons-y les possibles. Approchons-nous des voix perceptibles en écho.

Composée de discussions spéculatives, d’ateliers interactifs et de programmes d’œuvres Web et vidéos contemplatives envisagés tels des outils d’approche, la programmation en ligne du festival est polyforme. Celle-ci propose de focaliser sur certains concepts nous permettant d’emprunter de nouvelles pistes ensemble, à distance, dans un un environnement poreux où ce que nous souhaitons transmettre est à redéfinir.

***

Basé à Montréal, HTMlles est un festival biennal d’arts médiatiques et de culture numérique qui présente le travail d’artistes, de théoricien-ne-s et d’activistes locaux-ales, nationaux-ales et internationaux-ales, passionné-e-s par la réflexion technocritique dans une perspective féministe. Chaque édition explore des questions sociopolitiques d’actualité, à travers une série d'expositions, de conférences, de performances, et d'ateliers.

Lancé en 1997, le festival s’articulait initialement en tant que plateforme internationale dans l’objectif d’introduire l’art web créé par les femmes. En étroite collaboration avec des organismes partenaires, HTMlles est devenu un festival multi-site dédié à la présentation d’œuvres d’arts médiatiques indépendantes créées par des artistes femmes, trans ou dissident-e-s du genre, dans un environnement transdisciplinaire et axé sur l’anti-oppression. Pour en savoir plus sur les éditions précédentes du festival, cliquez ici.

HTMlles est une production d'Ada X, centre d’artistes féministe bilingue fondé en 1996 et engagé dans l’exploration technologique, la création et la critique en arts médiatiques.

 

Équipe

Natacha Clitandre | Programmation
Deborah VanSlet | Production
Stéphanie Lagueux | Médiation et Site Web
Hannah Strauss | Médiation
Roxane Halary | Communications
Orphée Russel | Archives
Solène Lautridou | Identité graphique
Paul Morel | Site web