A cull to — 

Perfomance
Du samedi 3 novembre à 13h au dimanche 4 novembre à 13
La performance sera accessible au public le samedi 3 novembre de 13h à 17h, et le dimanche 4 novembre de 11h à 13h
Vous pouvez suivre la progression de la performance en direct ici.

au Studio XX

Artiste : Hannah Kaya

Ancré dans le processus et la durée, A cull to— propose des actes de (re)poesis comme stratégie d’autoguérison. En utilisant uniquement les mots présents dans deux comptes rendus écrits d’un incident traumatique, l’artiste créera un troisième «nouveau» texte alors qu’elle vivra et dormira dans l’espace du festival et suivra un processus méthodique et un rituel de recréation réciproque. Au fur et à mesure que les textes antérieurement écrits s’entrechoquent et se transforment, l’artiste subit simultanément une autométamorphose — marquant à la fois sa psyché et son corps-texte par un geste répétitif, une empreinte mémétique et une mémoire incarnée. Ce projet aborde les notions de succès et d’échec, les technologies et leurs usages dans un processus de guérison et de transformation et questionne la culture du call-out ainsi que les avantages et limites du domaine public. L’œuvre vise à mettre à nu le travail désordonné de l’autorefaçonnage, les stratégies employées par les survivant-e-s et leur travail de guérison souvent dissimulé car peu glamour.


Artistes

Mi(s)(xed)communications / Mal(sous)entendus

Exposition de groupe
Vernissage : le jeudi 1er novembre à 17h30
Exposition jusqu’au 21 novembre 2018
Heures d’ouverture : Mardi au samedi, 12h-17h

Au Studio XX (4001 rue Berri, 2e étage)

La volonté de s’affranchir de contraintes personnelles et sociales imposées est la force motrice de Mi(s)(xed)communications / Mal(sous)entendus, l’exposition de groupe phare de cette treizième édition des HTMlles. Ici, l’œuvre est l’espace de revendication de sa liberté.

Bun Shin Sa BaAhreum Lee
Bun Shin Sa Ba est une installation audiovisuelle interactive et une salle de karaoké. Le texte généré par des algorithmes prédictifs y est redéfini en paroles de chanson.
L’oeuvre sera présentée à Xangle (4001 Berri, 1er étage) lors de la soirée d’ouverture.

Everything Except Yes | Amira Hanafi
Everything Except Yes est un jeu utilisant un navigateur textuel qui entraîne le-la joueur-euse dans une escapade serpentine à travers les pressions sociales et les échecs de la langue, en posant une série de questions oui/non.

A cull to— | Hannah Kaya
En réponse à une expérience de violence sexuelle, A cull to— est la (re)création durative en direct d’un nouveau texte utilisant uniquement les mots de deux textes précédents.  
****Performance du samedi 3 novembre, 13h, au dimanche 4 novembre, 13h****

AutoerotixMara Eagle
Autoerotix est une installation audio à cinq canaux dans laquelle des voix numériques récitent les paroles de chansons pop traitant de masturbation féminine.

This Could Be You | Zeesy Powers
Dans This Could Be You, vous faites face à la permanence de la mortalité, emprisonné-e-s dans un corps virtuel au coeur d’un monde virtuel et noyé-e-s dans la poubelle de l’ère numérique.

Testimony | Zohar Kfir
Testimony est un documentaire interactif de réalité virtuelle partageant les histoires de cinq survivantes d’agression sexuelle, y compris leur parcours vers la guérison.

Image : Zohar Kfir, Testimony


Artistes

Things Rarely Turn Out the Way I Intend Them To or, The Internet Will Never Catch On

Performance/conférence
Le jeudi 1er novembre 2018
16h à 17h30 (ouverture des portes à 15h30)
À OBORO (4001 Berri, 2e étage)

Vingt et un ans après sa participation au premier festival HTMlles, J.R. Carpenter revient avec la conférence/performance Things Rarely Turn Out the Way I Intend Them To or, The Internet Will Never Catch On.

Les médias sociaux ont exponentiellement élargi le public intéressé par l’art et l’écriture sur le Web. Or, le hashtag fonctionne principalement dans les zones d’Internet régies par des sociétés néolibérales. Que signifie écrire dans des espaces que nous ne possédons pas? Quand le succès finit-il par constituer un échec? Le nouveau devient-il vieux?
La conférence/performance Things Rarely Turn Out the Way I Intend Them To or, The Internet Will Never Catch On réfléchit aux échecs et aux devenirs des femmes artistes et écrivaines Web du dernier quart de siècle. Elle cherche à nous faire réfléchir à la distance que nous avons parcourue afin de savoir jusqu’où nous devons aller.

Image : Avec l’aimable permission de J.R. Carpenter

­


Artistes

Hors-piste : technologies et tactiques de l’errance féministe

Colloque
Les dimanche 4 et lundi 5 novembre 2018
De 8h30 à 19h
À l’Institute for Gender, Sexuality and Feminist Studies (IGSF)

“Off-Script: Technologies et tactiques d’errance féministe” est une conférence universitaire (4-6 novembre) qui présente des chercheurs/euses émergent.e.s et établi.e.s ainsi que des artistes et activistes de renom qui s’engagent avec les sujets du genre, de la sexualité et des approches féministes des réseaux, des technologies numériques ainsi que de l’inclusion et du exclusion sociales.

Partout où nous nous tournons, l’activisme féministe cible les mauvais comportements et crée de nouveaux réseaux de communautés grâce au numérique. Des campagnes et des hashtags tels que #MeToo, #TimesUp, #SayHerName et #NiUnaMenos, des manifestations sur le campus, des flux en direct, des votes et des feuilles de calcul de prédateurs ont démontré le pouvoir de la technologie pour la prise en charge des signaux, l’échange de connaissances et les avertissements dans de nouveaux domaines. Les conséquences de ce changement scalaire se poursuivent encore; Nous devons aller au-delà de la dynamique déterminante d’action / réaction au potentiel plus large de refaçonner les normes sociales au nom de l’équité, de la justice et de la représentation. Comment différentes techniques et technologies de résistance numérique réussissent-elles, échouent-elles et mutent-elles en tant que praxis féministe intersectionnelle? Comment utiliser la technologie au moment de l’écriture et du piratage? Comment les réseaux numériques apparaissent-ils comme un outil tactique en mutation dans les manifestations locales et transnationales et les systèmes de solidarité queer et féministe?

Programme complet : offscriptmtl.wordpress.com

 


Artistes

Réalité virtuelle avec Zeesy Powers

Atelier pour les familles 
Le dimanche 4 novembre 2018
De 13h à 16h
Au Studio XX

Cet atelier s’adresse aux enfants accompagné-e-s d’un parent ou d’un adulte.

Dans le cadre de l’exposition Mi(s)(xed)communications / Mal(sous)entendus au Studio XX, l’artiste Zeesy Powers offrira un atelier jeune public explorant certains aspects de son œuvre This Could Be You. Les participant-e-s pourront créer un collage à partir de dessins et de captations tridimensionnelles dans un environnement présenté en réalité virtuelle.

Atelier gratuit ! Pour vous inscrire, envoyez le nom et l’âge des participant-e-s à mediation[at]studioxx[dot]org

Image : Zeesy Powers, This Could Be You.


Artistes

Love Songs to Failure

Vidéo-performance
Le samedi 3 novembre 2018
19h à 20h
au Studio 303

Artistes : Nina Vroemen + Alejandro Sajgalik

L’expression «restons ami-e-s» est souvent le verdict d’un amour raté. Or pour Sajgalik et Vrœmen, cette déclaration est source d’inspiration! Ces derniers redéfinissent la chanson d’amour, sans la contraindre à la romance normative, afin qu’elle devienne une ode à l’échec. Contrairement aux relations amoureuses, l’amitié se développe grâce à l’autonomie et à la création d’un espace. Structure improductive, la place occupée par l’amitié est ouverte, indéfinie mais chargée de potentiel. Pour cette performance, des souvenirs enregistrés sont agencés à des projections vidéo, du mouvement et de l’improvisation musicale en direct. L’œuvre vise à créer des chansons d’amour qui célèbrent l’amitié en tant qu’alliance radicale. L’imagination s’ouvre aux possibles lorsque la romance perd de son hégémonie.

Image : Avec l’aimable permission des artistes.


Artistes

Longterm Longtable

Discussion publique/performance/repas festif
Les samedi 3 et dimanche 4 novembre 2018
16h à 18h
Au Feminist Media Studio

Artiste : A.A.S.K. Montreal

Longterm Longtable est une série de discussions communautaires axée sur trois sujets : l’accessibilité, la responsabilisation et la culture du call-out. Échelonnée sur deux jours, cette table longue (Longtable) prend la forme d’une discussion publique/performance/souper festif. Deux règles principales ont été élaborées par l’artiste Lois Weave : ceux et celles assis-e-s à la table sont des orateur-rice-s alors que ceux et celles non assis-e-s sont des auditeur-rice-s. Les orateur-rice-s finissent par partir, permettant aux auditeur-rice-s de se joindre à la table. Ces discussions seront bonifiées en cours de processus par une participation vidéo en ligne. À la suite du festival, elles seront retranscrites sous la forme d’une publication numérique qui assurera leur pérennité dans la mémoire collective. Les questions et la participation des invité-e-s permettront d’explorer, d’une part, le succès de #MoiAussi en tant que déclencheur de changements sociaux et, d’autre part, son incapacité à rendre compte adéquatement de la diversité de race, de classe, d’aptitude et de genre en permettant aux survivant-e-s de demander une imputabilité aux communautés auxquelles il-elle-s appartiennent.

L’espace est accessible via le transport public : bus 51 à partir du métro Snowdon or le bus 105 à partir du métro Vendome.
Afin de faciliter l’accès à l’événement, l’Université Concordia mettra en place un service gratuit de bus entre son campus du centre-ville (métro Guy-Concordia) et celui de Loyola samedi et dimanche :
Centre-ville vers Loyola: depart à 15h30 du Hall Building, 1455 De Maisonneuve West.
Loyola vers le centre-ville: depart à 18h30 de la Chapelle Loyola, 7137 Sherbrooke West.
Pour de l’aide avec le transport ou un service de garde d’enfant, merci de contacter aask.montreal.info@gmail.com.
L’espace est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Pour plus d’information:

Image : Avec l’aimable permission de A.A.S.K. Montreal


Artistes

Collaboration et résistance : vers un réseau de festivals féministes d’arts médiatiques

Discussion avec : NOVA XX (Bruxelles) + Refresh (New York) + Studio XX / HTMlles (Montréal)
Le samedi 3 novembre 2018
13h à 14h30
À OBORO (4001 Berri, 2e étage)

Deux festivals féministes d’arts médiatiques ont émergé depuis les deux dernières années. Pour l’occasion, le Studio XX invite les commissaires Lola Martinez (Refresh, New York) et Stéphanie Pécourt (Nova XX, Bruxelles) à présenter leurs initiatives. En compagnie de la coordonnatrice générale du Studio XX et du festival HTMlles, Julie Alary Lavallée, elles discuteront des différentes problématiques liées aux mandats spécifiques des trois festivals. Motivées par un désir commun de collaboration et de résistance, elle se poseront la question suivante : comment mettre en place un réseau critique et solidaire pour une meilleure représentation des communautés féministes dans le milieu des arts médiatiques ?

 


Artistes

Code : Corps

Vernissage : vendredi 2 novembre 2018
19h à 23h
Exposition jusqu’au 2 décembre 2018
À articule

Code : corps explore les façons dont le corps est surveillé, brimé et contraint, forcé de rester dans des limites dictées par une société patriarcale et blanche. De la réalité virtuelle à la photographie numérique, les artistes contrecarrent ces codifications du corps dans le but de donner de meilleures conditions aux personnes ignorées, mais dont le corps est contrôlé.

L’installation photographique de longue durée Untitled (Men Responding) de Lesya Nakoneczny traite de l’objectification des femmes sur les médias sociaux et des inégalités de genre dans l’industrie culturelle.

Laura Acosta et Santiago Tavera présentent The Novels of Elsgüer (Episode 3) — Live Despecho, une installation immersive portant sur la manière dont les corps migrants et leurs multiples représentations aspirent à se faire une place.

 

Image : Laura Acosta et Santiago Tavera, The Novels of Elsgüer (Episode 3) — Live Despecho

Photo : Juan Waltero


Artistes

Encrypt your Nudes

Atelier gratuit 
Le vendredi 2 novembre 2018
17h30 à 19h
À La Centrale Galerie Powerhouse

Artiste : Liane Décary-Chen

Le Web offre aux personnes queer, aux femmes et aux personnes marginalisées un environnement unique où s’épanouir et créer des communautés. Or, celles-ci sont souvent attaquées par des groupes conservateurs et haineux. Cet atelier a pour objectif d’aider les membres de communautés marginalisées à développer des outils d’autodéfense en ligne afin d’améliorer leur sécurité et leur vie privée. Cette initiative aspire à regagner l’agentivité de ces espaces, de ces vies et de ces communautés, à la fois en ligne et hors ligne. L’atelier présentera des techniques de sécurité low-tech de base liées à la présence en ligne ainsi que des outils pour contrer le cyberharcèlement (recours légal, limitation des dommages, autoprotection). Cet atelier introductif ne couvrira pas des préoccupations plus approfondies en matière de cybersécurité, dont la surveillance gouvernementale et la collecte d’information par des sociétés privées. Cet atelier se base sur le zine Encrypt Your Nudes! du collectif Tech Witches.

Image : Avec l’aimable permission de l’artiste.


Artistes

Black Room

Exposition jusqu’au 11 novembre 2018
Vernissage : vendredi 2 novembre 2018
16h à 17h30
À Technoculture, Art and Games (TAG)

Artiste : Cassie McQuarter

Dans Black Room, vous incarnez un-e insomniaque sur le point de dormir, mobilisé-e- dans des états de conscience changeants. Des visions de paysages hallucinés et pixélisés, remplis de personnages issu-e-s des jeux de votre enfance, apparaissent lorsque vous cliquez sur des espaces Internet fragiles. Souvent interrompu-e, vous revenez continuellement à la chambre noire, une technique de méditation que votre mère vous a apprise pour vous endormir, en visualisant des fleurs noires dans un vase noir sur une table noire au centre d’une pièce noire. Conçu comme un donjon féministe de type dungeon crawler, ce jeu présente une majorité de personnages féminins issus de jeux vidéo des années 1970 à aujourd’hui. Cette oeuvre cherche à rassembler ces personnages pour former de nouveaux récits : Chun Li repose dans une oasis désertique remplie de flamants roses ; Catwoman fait des pirouettes sur les plages nocturnes de Coney Island ; Jennifer Simpson, le personnage principal du jeu Clock Tower, court sans fin à travers les paysages fantaisistes pixélisés du jeu Oregon Trail.

Image : Cassie McQuater, Black Room


Artistes

Derrière les portes

Le jeudi 1er novembre 2018
Projection à 19h
Performance à 20h
Au Groupe Intervention Vidéo (GIV) – 4001 Berri, 1er étage
Commissaire : Annaëlle Winand

Ce qui se passe derrière les portes figurées, fictives, imaginées ou réelles. Autant de gestes privés qui éclosent en manifestations engagées. Ce programme vidéo joue de l’intimité en se réapropriant les mots et les corps, les habitudes et le quotidien. Les espaces domestiques deviennent performatifs et s’étendent au-delà de leurs propres contraintes.

La projection vidéo sera suivie d’une performance de Les666 et de Matt Miwa.

Programme vidéo :

The Key of F. | Andrea Cooper
The Key of F. est une performance vidéo où l’artiste récite et performe des textes sexuellement agressifs qui lui ont été envoyés par des hommes sur Tinder.

CUNTSTRUCTION | Les666
À travers une fausse vulnérabilité, des stéréotypes de beauté et une mainmise sur l’espace genré, CUNTSTRUCTION juxtapose la forme nue et sexy de la femme à un chantier de construction accidenté.

I had to trust my fall | Rojin Shafiei
I had to trust my fall est une vidéo/performance/dessin sur la confiance en soi, le lâcher-prise et la subversion de la réussite.

#incestement/incestiously | kimura byol-nathalie lemoine
#incestement/incestiously est une vidéo tryptique portant sur l’inceste.

Welcome to my home | Sarah Beckwith
Welcome to my home documente la vie d’une actrice de telenovela atteinte d’une maladie mentale qui lutte pour se stabiliser en s’accrochant aux restes de sa célébrité perdue.

It’s pink and nice but not really! | Taylor Yocom
It’s pink and nice but not really! utilise un langage visuel hyper féminin pour créer des moments de frustration tranquille en réponse au harcèlement et aux attentes de gentillesse féminine.  

Creatura Dada | Caroline Monnet
Six femmes autochtones puissantes se réunissent afin de célébrer un nouveau départ et la fin du monde tel que nous le connaissons.

Images :

  1. Andrea Cooper, The Key of F. | Vidéo : Carl Hansen
  2. Sarah Beckwith, Welcome to my home
  3. Taylor Yocom, It’s pink and nice but not really!
  4. Les666, CUNTSTRUCTION
  5. Rojin Shafiei, I had to trust my fall
  6. kimura byol-nathalie lemoine, #incestement/incestiously 

Artistes

Bun Shin Sa Ba

Installation karaoke interactive
Le jeudi 1er novembre 2018
À partir de 20h
À Xangle (4001 Berri, 1er étage)

Artiste : Ahreum Lee

Bun Shin Sa Ba est une installation interactive audiovisuelle prenant la forme d’une performance karaoké. Sur la mélodie de la chanson populaire My Heart Will Go On, le public est invité à chanter des paroles générées par des applications prédictives de saisie automatique. Ce faisant, l’espace public est envahi de paroles qui proviennent de conversations privées puisque des algorithmes prédictifs suggèrent les combinaisons de mots les plus couramment utilisées à travers un grand réseau d’utilisateur-rice-s. Récitées à voix haute, les paroles révèlent la hiérarchie patriarcale intégrée aux algorithmes. Le titre de cette œuvre fait référence à un mantra chanté au cours d’un rituel chamanique traditionnel coréen comparable, dans la culture occidentale, à une séance de spiritisme. La vidéo qui accompagne le karaoké combine des images de ce rituel à celles d’un fantôme féminin typique du folklore est-asiatique.

Image : Ahreum Lee, Bun Shin Sa Ba


Artistes

She Is

Exposition 
Au Feminist Media Studio du 1er novembre au 31 janvier
En ligne sur feministmediastudio.ca du 1er novembre au 31 décembre

Artiste : Angeline Meitzler

She is est une œuvre Web constituée d’un flot continu de pensées et de commentaires qui se réarrangent sous de nouvelles compositions. Elle se compose des 100 premiers tweets arborrant le #azizansari peu de temps après la publication d’un article sur Babe.net relatant la rencontre d’une femme dénommée «Grace» et du comédien Aziz Ansari. Le lot de tweets exposés de manière anonyme y est recomposé au hasard toutes les cinq secondes. Pendant que nous lisons les opinions exprimées, les tweets sélectionnés interagissent sur le navigateur et font émerger une conversation.

Image : Angeline Meitzler, She is


Artistes